Forte croissance de l’Alliance pour la Consigne au sud du pays

Le nombre d’organisations et de communes qui demandent la consigne sur les canettes grandit de façon spectaculaire. Déjà 61 villes et communes wallonnes ont adopté une motion dans laquelle ils demandent au Gouvernement wallon l’instauration de la consigne sur les canettes et les bouteilles en plastique. Deux communes bruxelloises et 17 organisations francophones sont aussi partenaires de l’Alliance.

Le nombre de partenaires s’élève donc aujourd’hui à  80 – et ce chiffre monte encore chaque jour.

En quelques mois, la consigne sur les canettes et les bouteilles est devenue un véritable débat de société, attirant même l’attention de France 2. La citoyenne dinantaise Régine Florent a recueilli le nombre de signatures nécessaires pour en discuter avec la commission du parlement wallon début mai. A cette occasion, des agriculteurs de la Fugea  avaient mené une action devant le parlement. Ils signalaient des cas de vaches malades et mortes suite à l’ingestion de petits morceaux de canettes déchiquetées par les moissonneuses. L’action a été diffusée aux JT de la RTBF et de RTL. La Fugea s’est entre temps associée à l’Alliance pour la Consigne.

Le nombre de communes wallonnes qui rallient l’Alliance pour la Consigne explose. Elles étaient six au début de l’année, elles sont aujourd’hui 61. Et chaque semaine, des conseils communaux votent des motions de ralliement, souvent à l’unanimité. Ils rejoignent ainsi les 202 communes flamandes et la quasi-totalité des communes hollandaises, qui en font déjà partie. Les plus grandes entités à ce stade sont Mons, Colfontaine, Boussu, Comines-Warneton, Soumagne, Dour et Ciney. Souvent, le vote au conseil communal était unanime. Des communes avec des coalitions de toutes les couleurs politiques adhèrent au projet, quels que soient les bourgmestres, PS, MR, Ecolo, CDH ou listes locales.

Parmi les associations nous retrouvons Fugea (et leurs collègues flamands du Algemeen Boerensyndicaat et hollandais de LTO Nederland), Test Achats, Think Pink et Inter-Environnement Wallonie (IEW). (Voir la liste complète des partenaires).  Le nombre augmente encore chaque semaine et est fortement suivi sur les réseaux sociaux. Parallèlement, l’appel au gouvernement wallon du bourgmestre de Hamoir, Patrick Lecerf (MR), est soutenu par 120 bourgmestres wallons. Le professeur Jean-Pascal van Ypersele, climatologue reconnu mondialement, a également lancé un appel aux ministres belges pour qu’ils instaurent – rapidement – la consigne.

La possibilité de la consigne est prévue dans l’accord de gouvernement bruxellois et wallon. En Allemagne, grâce à la consigne, les canettes ne représentent que 0,03 pourcent des déchets sauvages. Huit pays européens ont la consigne depuis longtemps, et 8 autres l’ont instaurée ou élargie ces quatre dernières années. Les Pays-Bas démarrent avec les bouteilles consignées en une semaine, les canettes suivent l’année prochaine.

Les plus de 1.100 partenaires de l’Alliance pour la Consigne réitèrent donc leur demande aux gouvernements régionaux flamands, bruxellois et wallons de légiférer avant la fin de cette législature l’instauration de la consigne sur toutes les bouteilles et canettes en Belgique.

“Villes et communes, agriculteurs et environnementalistes, ensemble nous mettrons fin au fléau des canettes et bouteilles en plastique dans la nature. Il n’y a aucune raison d’attendre. Le fait que les Allemands et les Néerlandais aient introduit le système de consigne est un gage de sérieux et d’efficacité. En Belgique, nous connaissons la consigne sur les bouteilles de bière, qui fonctionne très bien. Donc, utilisons aussi la consigne pour les bouteilles en plastique et les canettes, “Yes We Can!”, conclut l’Alliance pour la Consigne.