18 organisations envoient une lettre aux trois ministres régionaux de l'environnement de Belgique pour réclamer un système de consigne efficace

Aujourd'hui, 18 organisations ont envoyé une lettre aux trois ministres régionaux de l'environnement, demandant instamment la mise en place d'un système de consigne efficace pour toute la  Belgique. Parmi les signataires figurent plusieurs organisations membres de l’Alliance pour la consigne.

Le problème des déchets sauvages

Dans cette lettre, les organisations demandent aux ministres de l'environnement de prendre des mesures pour atteindre l'objectif de réduction des déchets, comme promis. Des tentatives ont déjà été faites pour atteindre ces objectifs, par exemple avec des projets pilotes en Wallonie et à Bruxelles, et des projets pilotes en Flandre autour de la consigne "numérique". Toutefois, ces projets se sont révélés inefficaces pour résoudre le problème des déchets sauvages. Mooimakers et Be Wapp organisent également des nettoyages régionaux annuels, mais ceux-ci n’améliorent pas non plus la situation.

La solution pour éviter que les canettes et les bouteilles ne soient jetées dans la nature

Il existe pourtant une solution qui a fait ses preuves pour éviter que les canettes et les bouteilles ne se retrouvent dans la nature : la consigne ! La Lettonie, la Lituanie et la Slovaquie sont des exemples de pays européens où l'introduction de la consigne avec collecte en point de vente fonctionne. Dans ces pays, presque aucune bouteille en plastique ou canette ne se retrouve parmi les déchets sauvages. C'est pourquoi les 18 organisations appellent à mettre en place ce qui fonctionne, en suivant l'exemple d'autres pays européens et en introduisant un système de consigne classique efficace dès que possible.

Assez parlé, il est temps d’agir

Les ministres de l’environnement se sont déjà exprimés sur la consigne. La ministre flamande Zuhal Demir a déclaré que la consigne était inévitable. De plus, son wallonne Céline Tellier a récemment déclaré que “nous ne sommes plus qu'à quelques mètres de la ligne d'arrivée”. Le ministre bruxellois de l'environnement s'est récemment exprimé sur la consigne classique. Selon les signataires de la lettre, il y a pour le moment plus de paroles que d’actes concrets. C'est pourquoi ils demandent une fois de plus l'introduction d'un système de consigne efficace en Belgique dans les plus brefs délais.

L’Alliance pour la Consigne s'engage depuis des années en faveur d'un système de consigne qui lutte efficacement contre les déchets sauvages et est donc heureuse de partager ce message. Cliquez sur le bouton ci-dessous pour lire la lettre et aider à diffuser le message via vos réseaux sociaux.

La lettre a été signée par :

Algemeen Boerensyndicaat
ATD Vierde Wereld
Boerenbond
Bond Beter Leefmilieu
Canal It Up
Canopea
Collectif de la Consigne Bruxelloise
Fair Resource Foundation
Fédération Wallonne de l'Agriculturre
Ferm
FUGEA
Gents Milieufront
Greenpeace
Landelijke Gilden
Natuurpunt
Proper Strandlopers
Réseau Wallon de Lutte contre la Pauvreté
Testachats

La Belgique optera-t-elle pour une consigne classique ou numérique sur les canettes et les bouteilles en PET ?

La Belgique souhaite introduire un système de consigne sur les bouteilles en plastique et les canettes en 2025 afin de réduire les déchets sauvages. Deux consommateurs sur trois sont favorables à un tel système, pour autant qu'il s'agisse d'une consigne classique. Selon notre enquête, la consigne numérique est peu appréciée.

D'ici 2025, notre pays souhaite introduire une consigne sur les bouteilles en plastique et les canettes. Il s'agirait de payer une petite somme en plus du prix d'une canette de boisson ou d'une bouteille en PET, somme que l'on récupère lorsque l'on rapporte l'emballage vide.

C'est une bonne idée pour lutter contre les déchets sauvages, mais il faut d'abord que les différentes régions se mettent d'accord sur le système qu'elles veulent mettre en place : une consigne classique avec des points de collecte physiques ou un système numérique avec des codes comme les codes QR sur les emballages et les poubelles. Nous préférons le système classique, et notre enquête montre également que les consommateurs soutiennent davantage le système classique tel que nous le connaissons déjà pour les bouteilles de bière en verre.

Deux Belges sur trois sont favorables à la consigne

En tant que membre de l’Alliance pour la Consigne, Testaankoop plaide depuis des années en faveur de la consigne des bouteilles et canettes en PET, et les consommateurs le demandent également. Deux consommateurs sur trois sont favorables à un tel système, selon des enquêtes antérieures et à nouveau selon notre récente enquête auprès d'environ 1 250 personnes. Un sur quatre est (plutôt) contre.

Près de neuf personnes sur dix sont disposées à conserver et à rapporter les emballages vides dans un point de collecte, bien que cette disposition diminue sensiblement en fonction de la distance. La somme de 0,10 euro semble déjà idéale pour que l'effort en vaille la peine.

Mais pas numérique

Toutefois, le soutien du public diminue considérablement si l'on opte pour un système numérique. Moins de la moitié des personnes interrogées sont prêtes à télécharger une application sur leur smartphone qui leur permettrait de gérer la consigne. Cette proportion tombe encore à un sur cinq si l'application exige la géolocalisation et les coordonnées bancaires.

Les personnes âgées sont particulièrement peu enthousiastes. Le respect de la vie privée et les compétences numériques (ou l'absence de compétence numérique) semblent être des obstacles importants. Les scanners à domicile pourraient apporter une solution à ce problème. La manière dont cela fonctionnera concrètement n'est pas encore claire.

Avantages et inconvénients de la consigne numérique

La Flandre, en particulier, semble actuellement intéressée par un système numérique dans lequel chaque bouteille et chaque canette recevrait son code unique. Celui-ci devra être scanné par le smartphone ou le scanner à domicile, ainsi que la poubelle, le sac PMC ou le distributeur automatique où vous déposez les déchets, après quoi la consigne apparaîtra automatiquement sur votre compte.

Les plus

Les moins

Testachats veut une consigne classique pour les canettes et les bouteilles en PET

Testachats estime qu'une consigne sur les canettes et les bouteilles est le meilleur moyen de réduire la quantité de déchets dans la nature. Seulement, nous avons encore beaucoup de questions sur le système numérique. Il est clair que tous les problèmes potentiels sont loin d'avoir été résolus.

Toutefois, l'objectif est de décider d'ici la fin de l'année 2023 si la Belgique optera pour le système de consigne numérique ou le système classique, afin qu'il puisse être effectivement mis en place en 2025.

Un système classique accessible à tous

Nous préférons un système classique, que tout le monde connaît déjà grâce aux bouteilles de bière, qui est accessible à tous et qui laisse le moins de place possible à la fraude et aux atteintes à la vie privée. D'autres pays européens suivent actuellement cette voie traditionnelle.

1 dec: Parlons consigne

En 2025, selon les gouvernements  belges, une consigne sera instaurée sur toutes les bouteilles en plastique et canettes. Mais quel système allons-nous utiliser ? Le vendredi 1er décembre, nous vous invitons à une présentation des dernières nouvelles concernant la consigne.

Chloé Schwizgebel de Recycling Netwerk Benelux et Laura Claeys de Test Achats partageront les dernières perspectives avec vous : entre autres éléments, elles présenteront une étude sur la consigne numérique et une enquête auprès des consommateurs belges sur leur système de consigne préféré. Nous voulons vous tenir au courant du débat sur la consigne.

Tous les partenaires de l’Alliance en Belgique ont reçu un email d'invitation, alors vérifiez votre boîte mail ! Si vous souhaitez participer et n'êtes pas encore membre de l'Alliance de la Consigne, rejoignez-nous dès aujourd'hui via notre site internet !

L’Alliance pour la consigne célèbre la consigne sur les canettes et revient sur une collaboration unique

A partir du samedi 1er avril, il y aura une consigne sur les canettes aux Pays-Bas ! L’Alliance pour la Consigne se réjouit et est reconnaissante d'avoir contribué à cette deuxième victoire pour l'environnement en s'associant à ses 1 300 partenaires très divers. Elle est fière de ce succès et de cette collaboration unique, et demande instamment au gouvernement de veiller à ce que le système de consigne fonctionne de manière optimale. 

L’Alliance pour la Consigne : la voix de la société

Depuis novembre 2017, l’Alliance pour la Consigne néerlando-belge plaide en faveur de l'introduction de la consigne sur les canettes et toutes les bouteilles en plastique, tant aux Pays-Bas qu'en Belgique. À sa création, l'Alliance comptait 21 membres. Ce nombre a rapidement et spectaculairement augmenté pour atteindre plus de 1 300 entreprises, organisations et autorités locales. 

Grâce à l’Alliance pour la Consigne, l'appel de la société en faveur de la consigne a été réuni, obtenant enfin un visage et une voix. L'alliance est rapidement devenue un acteur officiel dans le débat néerlandais sur la consigne. Les députés ont souvent fait référence à l’Alliance pour la Consigne dans les débats pour contrebalancer le lobby de l'industrie, qui préférait ne pas voir de consignes sur les bouteilles et les canettes.

Outre quelques grands noms, dont l'Association des consommateurs, LTO, ASN Bank et Ekoplaza, et le grand nombre de municipalités néerlandaises (98%), la diversité des membres a également énormément contribué au poids de l'Alliance (voir encadré 1). La consigne s'était auparavant caractérisée comme un dossier qui divisait, mais, avec l'Alliance, un mouvement unanime rassemblant un mélange unique d’acteur s’est formé. Le fait que des organisations environnementales et d’agriculteurs aient adhéré à l'alliance a d’ailleurs été considéré par beaucoup comme unique. 

Encadré 1 - Quelques-uns des partenaires de l'Alliance pour la Consigne

Municipalités, provinces, compagnies des eaux, services environnementaux et de nettoyage, salles de spectacles, groupes religieux, banques durables, fermes, syndicats, psychologues, coachs, boutiques en ligne et magasins durables, associations sportives (de plein air), organisateurs de festivals, agences de publicité et de communication, architectes, avocats et juristes, conseillers hypothécaires, gestion des forêts, fondations pour les papillons et les abeilles, parcs animaliers, campings, partis politiques de jeunes, coopératives énergétiques, clubs rotariens, fondations pour la protection des animaux... associations de voyageurs, entreprises de vêtements, conseillers financiers, ramasseurs de détritus, herboristes, cabinets dentaires, acteurs de théâtre, designers, concepteurs de jardins, conseillers en assurance, magasins sans emballage, recycleurs, physiothérapeutes, organisations de consommateurs, collèges et universités, associations caritatives, services de nettoyage, musiciens, centres environnementaux, musées, organisations de défense des droits de l'homme, studios de cuisine, ingénieurs, domaines, jardins d'enfants, garderies, entreprises informatiques, organisations environnementales, fédérations d'agriculteurs, et bien d'autres encore.

En action pour les canettes consignées, Yes We Can !

En novembre 2020, 3 ans après sa création, l'Alliance devient bien plus qu'une plateforme de soutien à la consigne : ses membres se lancent dans l'action pour les consignes sur les canettes. La décision concernant la consigne sur les petites bouteilles a déjà été prise en avril 2020, mais la décision concernant les canettes est reportée aux élections, qui seront décidées par le nouveau gouvernement. L’Alliance pour la Consigne lance sa campagne "La consigne, Yes We Can !". Les entreprises, organisations et municipalités participantes utilisent des affiches colorées pour encourager Stientje van Veldhoven (D66), alors secrétaire d'État, à décider d'une consigne sur les canettes avant les élections. Les députés Cem Laçin (SP), Carla Dik-Faber (ChristenUnie) et même Maurits von Martels (CDA) ont également participé à l'opération, encourageant Van Veldhoven dans des vidéos pour qu'elle prenne la décision elle-même, ce qui s'est produit. Le 30 juin 2021, Mme Van Veldhoven et l’Alliance pour la Consigne ont célébré le début de la consigne sur les bouteilles et la décision concernant les canettes sur la plage de Scheveningen (photo). La consigne, Yes We Did It !

Collecte en supermarché, s'il vous plaît !

Par la suite, les contributions de divers partenaires de l'alliance, tels que les municipalités, les services de nettoyage, Zwerfinator, Natuur & Milieu, Recycling Netwerk Benelux et l'association des consommateurs, contribueront également à faire en sorte que les consommateurs puissent bientôt simplement déposer leurs canettes dans les supermarchés, comme n'importe quel autre emballage consigné. L'industrie avait auparavant proposé que les consommateurs fassent un détour par une machine à déconsigner en plein air pour y déposer leurs canettes, mais elle a retiré ce projet peu favorable aux consommateurs sous la pression sociale et politique. Le supermarché Ekoplaza, qui a annoncé qu'il accepterait les canettes dans ses magasins, a également joué un rôle important à cet égard. 

Plus de David contre Goliath

Avec tant d'autres, l’Alliance pour la Consigne a contribué à la mise en place d'une consigne sur les canettes à partir de samedi. Pendant longtemps, nous avons eu l'impression d'être David contre Goliath sur la question de la consigne : quelques défenseurs francs ont fait de leur mieux, mais ils ont dû se battre contre le puissant et riche monde des affaires. Mais l'expérience du dossier Consigne montre aujourd'hui que lorsque la société s'unit et se fait entendre, cela peut vraiment faire la différence. Nous espérons que cela donne de l'espoir à tous ceux qui travaillent sur de meilleures politiques environnementales, et même sur d'autres questions sociales. 

L'action du gouvernement

La grande victoire tant attendue a été remportée sur les bouteilles et, à partir de samedi, sur les canettes. Il appartient maintenant au gouvernement de veiller à ce que le système soit mis en place de manière optimale, afin que la promesse de la consigne puisse être tenue et qu'elle connaisse le même succès que dans d'autres pays. Car ce n'est pas le cas actuellement. Par exemple, il est important que les consommateurs qui achètent une bouteille ou une canette et paient une consigne puissent récupérer leur argent, que le montant de la consigne soit plus élevé et que les entreprises ne puissent plus échapper à la consigne.  

En Belgique

En tant que coopération néerlando-belge, l’Alliance pour la Consigne plaide en Belgique pour la mise en place d'un système de consigne sur toutes les bouteilles et canettes en plastique d'ici 2025. Ce faisant, elle encourage les gouvernements régionaux belges à s'inspirer de l'expérience néerlandaise et à mettre en place un système efficace dès le départ.

La Belgique a toutes les cartes en main pour avoir le meilleur système de consigne

Ce samedi 1er avril, après 20 ans de bataille, les canettes feront enfin partie du système de consigne néerlandais. Il s'agit d'une grande réussite rendue possible grâce au soutien de la société civile et de nombreux partis politiques. Et nous sommes fiers de dire que cette victoire est aussi largement due aux 1 300 partenaires de l'Alliance qui ont soutenu, tant aux Pays-Bas qu'en Belgique, cette introduction à travers nos différentes campagnes et actions.

La victoire d'une alliance soudée

Aux Pays-Bas, la secrétaire d'État Stientje van Veldhoven (D66) a pris en 2018 la décision de mettre en place une consigne sur les petites bouteilles en plastique, qui a débuté le 1er juillet 2021. L'extension du système aux canettes, qui devait avoir lieu le 31 décembre 2022 mais a été repoussée par l'industrie, débutera finalement ce samedi 1er avril. Le système néerlandais s'aligne ainsi sur la plupart des autres systèmes européens qui incluent déjà les canettes.

Il s'agit d'une grande réussite qui a été largement soutenue par les multiples actions et le soutien de plus de 1 300 partenaires de l'Alliance, tant aux Pays-Bas qu'en Belgique. En Belgique, plus de 50 % des municipalités belges, ainsi que des ONG et des entreprises, sont rassemblées derrière le drapeau de l'Alliance. La campagne Yes We Can que nous avons lancée pour soutenir l'introduction de la consigne dans les deux pays a été largement soutenue. Ce soutien massif a certainement pesé sur la décision des Pays-Bas d'introduire une consigne sur les canettes.

Malgré cette grande réussite, il est important de rappeler que le chemin vers un système complet aux Pays-Bas n'a pas été facile et que le système néerlandais doit encore être amélioré pour devenir l'un des systèmes les plus performants et obtenir tous les bénéfices environnementaux qu'un tel système peut apporter. 

Enseignements tirés de l'expérience néerlandaise

Nous avons observé certains défauts dans la conception et la mise en œuvre du système néerlandais qui ont eu des conséquences sur son efficacité depuis son lancement pour les petites bouteilles en plastique - tels qu’une diminution significative mais pas optimale de ces bouteilles dans les déchets sauvages. Ces défauts devraient également avoir un impact sur l'efficacité de la consigne sur les canettes. 

La bonne nouvelle, c'est que la Belgique, en mettant en place son système de consigne sur toutes les bouteilles en plastique et les canettes, peut tirer des leçons de l'expérience de ses voisins. Elle peut ainsi introduire un système efficace dès son lancement en 2025 et rester fidèle à son image de championne de la gestion des déchets ménagers. Voici quelques enseignements à tirer du système néerlandais.

Inscrire une obligation de reprise dans la législation sur la consigne. La législation néerlandaise sur la consigne ne prévoit pas d'obligation de reprise, ce qui est une pratique courante dans tous les systèmes européens les plus performants. En l'absence d'une telle obligation, l'industrie a perdu beaucoup de temps avec son propre plan expérimental de collecte des canettes via des machines placées à l'extérieur des supermarchés. Ce faisant, ils ont tenté de mettre en œuvre une alternative au modèle bien connu du retour en point de vente, qui n'a été vu nulle part ailleurs dans le monde. Ce plan ne s'étant pas avéré concluant, l'industrie a unilatéralement déclaré qu'elle avait besoin de plus de temps pour étendre le système aux canettes, retardant ainsi son introduction de trois mois. 

En outre, sans obligation de reprise, les consommateurs ne peuvent pas non plus se faire rembourser dans certains points de vente tels que les cinémas ou les stations-service, ce qui rend le système moins pratique pour eux. Une solution simple à ce problème est d'inclure cette "obligation de reprise" dans la législation sur la consigne, qui assure que tous les points de vente reprennent les emballages consignés et restituent la consigne aux consommateurs. Cette obligation peut bien sûr être assortie d'une exemption pour les petits détaillants. Il est essentiel que les consommateurs puissent récupérer leur argent dans tous les points de vente, car cela les encourage à adopter un comportement positif.

 

Mettre en œuvre un système complet dès le départ. L'approche par étape de l'introduction du système aux Pays-Bas - d'abord sur les petites bouteilles en plastique, puis sur les canettes - s'est avérée inutilement complexe et a ouvert la porte à de nombreux problèmes de mise en œuvre. Non seulement l'industrie a dû modifier deux fois l'organisation et la communication du système, mais les consommateurs ont également dû adopter deux fois de nouveaux comportements positifs. C'est pourquoi nous recommandons l'introduction d'un système complet sur toutes les bouteilles en plastique et les canettes, grandes et petites, dès le début du système, afin de le rendre plus simple et plus clair. En outre, un champ d'application plus large des emballages inclus limite également le risque que les producteurs changent les matériaux de leurs emballages vers des matériaux sur lesquels la consigne ne porte pas. 

 

Veiller à ce que le montant de la consigne soit suffisamment élevé. Un montant de consigne suffisamment élevé envoie un signal fort aux consommateurs, les aidant à adopter de nouveaux comportements et les encourageant à retourner l'emballage pour récupérer leur consigne (Eunomia, 2012). En effet, puisque l'emballage a encore une valeur, il ne se retrouve pas parmi les déchets sauvages. Les Pays-Bas ont opté pour une consigne de 15 centimes pour les petites bouteilles en plastique et les canettes, ce qui est inférieur au montant existant pour les grandes bouteilles (25 centimes). Comme ce sont précisément ces petits types d'emballages, davantage consommés "on-the-go", qui finissent le plus souvent dans les déchets, il faut une incitation financière efficace pour que les consommateurs les rapportent. En Allemagne, la taxe sur les emballages de boissons est de 25 centimes d'euro et 98 % des emballages sont rapportés. 

Ces enseignements sont conformes aux caractéristiques essentielles d'un bon système de consigne que nous soutenons. 

 

Mettre en place un système belge pour qu'il soit couronné de succès

En s'appuyant sur l'expérience de ses voisins néerlandais et d'autres pays, la Belgique a toutes les cartes en main pour introduire le système de consigne le plus performant d'Europe dès son lancement en 2025. Elle pourra alors enfin s'attaquer sérieusement à la question des emballages dans les déchets et œuvrer en faveur d'une économie véritablement circulaire, en permettant un recyclage de meilleure qualité et en ouvrant la porte aux systèmes de réemploi. La consigne en Belgique, Yes We Can ! 

Optez pour le meilleur système de consigne au monde

Sous le slogan "La consigne, Yes We Can !", des dizaines de entreprises, municipalités et organisations plaident [aujourd'hui / jeudi] pour que les ministres belges de l'environnement, Zuhal Demir, Céline Tellier et Alain Maron, conçoivent le meilleur système de consigne au monde, pour les bouteilles en plastique et canettes. 

"Pour gagner la bataille contre les déchets sauvages, les consommateurs doivent absolument pouvoir récupérer leurs consignes dans les supermarchés et autres points de vente. Ce droit de récupérer leur consigne, lorsque les consommateurs rapportent leurs canettes et bouteilles vides en magasins, doit être inscrit dans les décrets régionaux sur la consigne", souligne l'Alliance pour la consigne. 

La consigne aux Pays-Bas et en Belgique

Depuis 2017, l’Alliance pour la Consigne demande aux gouvernements néerlandais et belge d'instaurer la consigne sur les bouteilles en plastique et les canettes. La campagne a connu son premier succès aux Pays-Bas lorsque le gouvernement a introduit la consigne sur les petites bouteilles en plastique en juillet 2021. Les canettes néerlandaises seront également consignées dès avril 2023. Parallèlement, le nombre de partenaires de l'Alliance pour la Consigne a grandi de façon spectaculaire pour atteindre 1.300 municipalités, entreprises et organisations aux Pays-Bas et en Belgique.

En Belgique, la ministre wallonne de l'environnement, Céline Tellier (Ecolo), étudie depuis le début de l'année les éléments nécessaires pour mettre en place un système de consigne. En Flandre, le monitoring effectué par l’OVAM (l’Agence flamande des déchets) a montré que la lutte contre les canettes et les bouteilles parmi les déchets sauvages a échoué ces dernières années. En effet, seulement la moitié de l'objectif fixé par le gouvernement flamand a été atteint. La ministre flamande de l'environnement Zuhal Demir (N-VA) a donc déclaré que la consigne est "inévitable" et "inéluctable". Elle a également annoncé qu'elle allait soumettre une proposition au gouvernement d’ici la fin de l'année. 

La consigne, yes we can!

Avec la campagne La consigne, Yes We Can !, les partenaires de l’Alliance pour la Consigne encouragent les ministres à mettre en place le meilleur système de consigne au monde. Cela est possible grâce aux nombreux exemples de pays voisins qui ont mis en place un tel système. Les systèmes de consigne les plus performants présentent 5 caractéristiques essentielles :  

L’Alliance pour la Consigne conclut: "Nous demandons aux ministres de l'environnement d'inclure ces 5 facteurs à succès dans la conception du système de consigne belge. Pour que notre consigne belge soit, dès son lancement, le meilleur système de consigne au monde".

La consigne sur les canettes incontournable désormais

L’Alliance pour la Consigne se réjouit que la ministre flamande de l'environnement, Zuhal Demir (N-VA) confirme, suite à la publication des nouveaux chiffres des déchets sauvages par l’Ovam, que la consigne sur les canettes et les bouteilles en PET est "incontournable".

En 2021, plus de 18 millions de kilos de déchets sauvages ont encore dû être nettoyés en Flandre, selon les chiffres de l’Ovam. Le secteur n'a donc pas réussi à atteindre la réduction de 20% prévue dans le Plan d’exécution des déchets ménagers et commerciaux assimilés 2016-2022, l'Accord sur les emballages de 2018 et l'Accord de coalition 2019-2024 du gouvernement flamand.

“Dès le début de son mandat, la ministre Demir a mis en garde l'industrie. Aujourd'hui, elle tire la seule conclusion logique des mauvais résultats des déchets sauvages et passe à l'action. Après avoir donné aux entreprises des années pour réduire les déchets sauvages par d'autres moyens, il est temps de mettre en place la consigne, un système populaire qui a fait ses preuves depuis des années en Allemagne, aux Pays-Bas et dans des dizaines d'autres pays", répond l'Alliance pour la Consigne.

Plus d'un tiers du volume des déchets sauvages est constitué de bouteilles et de canettes en plastique. La consigne a le potentiel de réduire de 70 à 90% le nombre de bouteilles et de canettes dans les déchets sauvages. Un an après l'introduction de la consigne sur les bouteilles aux Pays-Bas, il y a déjà 76% de petites bouteilles en plastique en moins dans la nature. La consigne donne donc des résultats positifs de manière rapide. C'est exactement la raison pour laquelle de plus en plus de pays européens introduisent la consigne. Pour que la consigne soit un succès, elle doit être simple pour les clients, avec un retour des emballages possible dans les supermarchés et les points de vente, comme c'est déjà le cas pour les bouteilles en verre.

La ministre Demir met maintenant l'introduction de la consigne sur la table du gouvernement flamand. Le partenaire de la coalition, le CD&V, ainsi que les partis d'opposition Vooruit et Groen sont depuis longtemps des défenseurs de la consigne. Demir a également contacté ses collègues wallons et bruxellois, Céline Tellier et Alain Maron (tous deux d'Ecolo) pour introduire la consigne dans toute la Belgique. Les accords de coalition de la Wallonie et de Bruxelles prévoient d’ailleurs tous deux l'introduction de la consigne cette législature. La commission de l'environnement du Parlement wallon a tenu des auditions pendant des mois et a effectué une visite aux Pays-Bas pour observer le système de consigne néerlandais. Un consensus autour de la consigne se forme au Parlement wallon au-delà des frontières de la  majorité et de l'opposition.

L’Alliance pour la Consigne conclut : "Nous encourageons les gouvernements régionaux à décider de l'introduction de la consigne cette année, comme le propose la ministre Demir. Il est maintenant important de mettre en place un système de consigne accessible, qui permette aux consommateurs de rapporter facilement leurs bouteilles et canettes dans les supermarchés. Avec des décrets solides sur la consigne et un accord de coopération, nous pourrons diminuer de manière drastique les déchets sauvages et notre pays deviendra plus propre".

214 communes flamandes et 129 communes wallonnes sont partenaires de l'Alliance pour la Consigne. Avec des organisations d'agriculteurs et de consommateurs, d'entreprises et même de banques, l'Alliance demande depuis 2017 aux gouvernements régionaux d'introduire rapidement la consigne sur les emballages de boissons. Plus récemment, les municipalités de Zaventem et de Lier sont devenues partenaires de l'Alliance. Huit Flamands sur dix sont favorables à la consigne, selon les sondages d'opinion.

La ministre Demir décide de s'attaquer aux déchets sauvages avec la consigne

L’Alliance pour la Consigne soutient la décision de la ministre flamande de l'environnement Zuhal Demir (N-VA) de s'attaquer au problème des déchets sauvages avec la consigne sur les canettes et bouteilles en plastique, annoncée mardi soir dans l'émission De tafel van vier.

L’Alliance pour la Consigne réagit: "La ministre dit à juste titre que la consigne est inévitable. Des décennies de sensibilisation, de sanctions et de projets de récompense comme Le Click n'ont pas donné le résultat escompté, à savoir un pays propre. Il est nécessaire de passer à l’action maintenant. Grâce à la consigne, les gouvernements régionaux peuvent réduire considérablement le nombre de canettes et de bouteilles dans la nature, à l’exemple des pays d'Europe du Nord".

"C'est de toute façon une bonne nouvelle. La consigne est un système solide qui a été testé dans la pratique pendant des décennies. L'Allemagne l'a depuis deux décennies. Les Pays-Bas l’ont introduite sur les petites bouteilles en juillet 2021 et les résultats sont déjà très positifs", souligne l’Alliance pour la Consigne.

Hausse des déchets sauvages

En effet, la lutte contre les déchets sauvages est la principale raison pour l'introduction de la consigne. Le gouvernement flamand a décidé en 2016 que les déchets sauvages devaient être réduits de 20 % d'ici 2022, par rapport à l'année de référence 2013. Par la suite, le gouvernement flamand a changé l'année de référence de 2013 à 2015. De l’argent a été dépensé pour sensibiliser le public, sanctionner avec des amendes et lancer le projet récompense "Le Click" de Fost Plus.

Cependant, les résultats ne se sont pas concrétisés. Les déchets sauvages n’ont pas diminué, mais augmenté de 14 %, pour atteindre 22 641 tonnes de déchets sauvages ! (rapport de l'agence flamande pour la gestion des déchets OVAM, mesure effectuée en 2019 et rapport publié en 2020. L'OVAM publiera prochainement les chiffres des déchets sauvages pour 2021).

Exemples allemands et norvégiens

"Nous encourageons les gouvernements régionaux à adopter les meilleures pratiques des systèmes de consigne norvégien et allemand. Ces pays atteignent des taux de retour très élevés pour des coûts de système faibles", indique l'Alliance pour la Consigne.

En Allemagne, grâce à la consigne, la présence de canettes a chuté à seulement 0,03 % des déchets sauvages. La facilité d'utilisation en Norvège et en Allemagne est le facteur de réussite le plus important pour le système de consigne. Ce système de consigne, qui existe déjà en Belgique pour certaines bouteilles en verre réutilisables comme la bière, fonctionne très bien et peut constituer une base solide pour une extension aux canettes et aux bouteilles en plastique.

Un système de consigne belge

"Le temps des projets pilotes est terminé", déclare l'Alliance pour la Consigne : "Il est maintenant important que les gouvernements régionaux déterminent dans les prochaines semaines, et en collaboration avec les associations de consommateurs, les organisations environnementales, les villes et communes et le monde des affaires, comment ils vont mettre en place le système et cela le plus rapidement possible."

L'Alliance pour la Consigne appelle également la ministre wallonne de l'environnement Céline Tellier (Ecolo) et le ministre bruxellois de l'environnement Alain Maron (Ecolo) à mettre en œuvre les engagements pris sur la consigne dans les accords de coalition wallon et bruxellois. Cela afin que, d'ici 2025, un système de consigne efficace soit introduit dans toute la Belgique et garantisse un environnement plus propre.

L'Alliance pour la Consigne

L’Alliance pour la Consigne représente 1250 partenaires belges et néerlandais, dont 212 villes et municipalités flamandes, 127 villes et communes wallonnes et des centaines d'associations et d'entreprises. Depuis 2017, elle demande aux gouvernements néerlandais et belge d'introduire rapidement la consigne afin de réduire drastiquement et rapidement le nombre de bouteilles en plastique et de canettes dans la nature. Le gouvernement néerlandais a répondu à cette demande en instaurant la consigne sur les petites bouteilles en plastique à partir de juillet 2021 et sur les canettes à partir du 1er janvier 2023.

Une grande majorité des citoyens est favorable à l'introduction de la consigne: 74 % dans le sondage de Test-Achats et 9 Limbourgeois sur 10 dans le sondage du quotidien de la province du Limbourg. Le sondage GfK a montré un soutien de 82% des Belges et qu'une majorité d'électeurs de chaque parti politique y est favorable.

Le gouvernement flamand prendra bientôt une décision sur la consigne

L’Alliance pour la Consigne accueille positivement et avec prudence l'annonce selon laquelle le gouvernement flamand décidera cette année de l'introduction d’une consigne sur les canettes et les bouteilles en plastique.

"Nous prendrons la décision cette année de savoir si une forme de consigne sera introduite", déclare Andy Pieters, chef de cabinet du ministre flamand de l'environnement Zuhal Demir (N-VA), dans la Gazet van Antwerpent aujourd’hui. "Nous prendrons cette décision sur la base de différents chiffres sur les déchets sauvages qui nous seront transmis dans les semaines à venir."

La lutte contre les déchets sauvages est en effet la principale raison de l'introduction d’une consigne. En 2016, le gouvernement flamand a annoncé que les déchets sauvages en poids devaient être réduits de 20 % d'ici à 2022, par rapport à l'année de référence 2013. Par la suite, le gouvernement flamand a ajusté l'année de référence de 2013 à 2015. Des efforts ont été mis en œuvre pour sensibiliser le public, renforcer les sanctions et mettre en place des projets de récompense tels que Le Click. Le rapport de l'OVAM, publié en 2020 et qui présente les résultats des mesures pour l’année 2019, a montré une augmentation de 14 % des déchets sauvages, atteignant pas moins de 22 641 tonnes de déchets sauvages.

Nous encourageons donc le gouvernement flamand à s’inspirer des meilleures pratiques des systèmes de consigne allemand et néerlandais pour introduire la consigne. En Allemagne, la consigne est en place depuis vingt ans. Les Pays-Bas ont introduit la consigne sur les petites bouteilles en plastique en juillet 2021. Les premiers résultats sont très positifs. Le Rijkswaterstaat, organisme de mise en œuvre du ministère des infrastructures, présentera bientôt l'effet de la consigne sur les déchets sauvages après un an de mise en place.

La facilité d'utilisation est le principal facteur de réussite de la consigne. Le système de consigne - qui existe déjà en Belgique pour certaines bouteilles en verre réutilisables comme la bière - fonctionne bien et peut constituer une base solide pour une extension du système aux canettes et aux bouteilles en plastique.

 

L'Alliance pour la Consigne représente 1250 partenaires belges et néerlandais, dont 212 villes et municipalités flamandes, 127 villes et communes wallonnes et des centaines d'associations et d'entreprises. Depuis 2017, elle demande aux gouvernements néerlandais et belge d'introduire rapidement la consigne pour mettre fin à la présence de bouteilles et canettes dans les déchets sauvages. Le gouvernement néerlandais a réagi en instaurant la consigne sur les bouteilles en plastique en juillet 2021 et sur les canettes le 1er janvier 2023.

Ces dernières semaines, le projet pilote du maire de Bredene, Steve Vandenberghe (Vooruit), a démontré que la consigne garantit des plages exemptes de canettes et de bouteilles en plastique. Le bourgmestre d'Ostende Bart Tommelein (Open VLD), le bourgmestre de Schelle Rob Mennes (CD&V) et l'échevine d'Anvers Els van Doesburg (N-VA) ont également demandé récemment au gouvernement flamand d'examiner sérieusement l'introduction de la consigne.

La grande majorité des Flamands est favorable à l'introduction de la consigne. 74 % dans le sondage de Test-Achats et 9 Limbourgeois sur 10 dans le sondage du Belang van Limburg. Le sondage GfK a montré que chaque parti politique dispose d'une majorité d'électeurs favorables.

Après tout, il est important que tous les acteurs de la société soient entendus dans l'élaboration des politiques publiques. La consigne est une question importante pour les organisations environnementales, les villes et les municipalités, les associations de consommateurs et d'agriculteurs.

Plus de la moitié des communes belges, dont 101 wallonnes, réclament la consigne sur les canettes

101 villes et communes wallonnes, ainsi que 203 communes flamandes et 3 communes bruxelloises demandent au gouvernements régionaux de décider rapidement de l’instauration de la consigne sur les bouteilles en plastique et les canettes en Belgique.

Pour faire entendre leurs voix, ces communes ont rallié l’Alliance pour la Consigne. Les motions dans les conseils communaux étaient souvent adoptées à l’unanimité. Le mouvement s’amplifie rapidement: Il y avait 6 communes wallonnes au début de cette année, maintenant il y en a déjà 101 (voir la carte ici ou en bas) et cela continue. Avec les 203 communes flamandes et les 3 communes bruxelloises, le total de 307 communes représente 53% des 581 communes belges.

“L’appel au gouvernements régionaux d’avancer rapidement sur la question de la consigne émane de tous les niveaux de la société belge. Au-delà des 101 villes et communes wallonnes, nous sommes rejoints par de nombreuses organisations telles que Test-Achats, Inter-Environnement Wallonie et l’association agricole Fugea. En Flandre, 203 villes et communes plaident déjà pour la consigne. Chaque semaine, de nouvelles communes adhèrent à notre mouvement”, signale l’Alliance pour la Consigne à l'occasion du franchissement de ces barres symboliques.

A ce stade, les plus grandes entités wallonnes dans l’alliance sont Mons, Colfontaine, Boussu, Comines-Warneton, Soumagne, Dour et Ciney. Des communes avec des coalitions de toutes les couleurs politiques adhèrent au projet, quels que soient les bourgmestres, PS, MR, Ecolo, CDH ou listes mixtes.

L’Union des Villes appelle la Ministre de l’Environnement à envisager une consigne sur les canettes dans son avis circonstancié du 25 juin 2021.

Des appels à tous les niveaux

L’intérêt pour la consigne en Belgique grandit fortement. Une Carte Blanche publiée dans Le Soir plaidant pour l’instauration de la consigne a été signée par de nombreuses organisations environnementalistes et agricoles: WWF-Belgique, la Ligue Royale Belge pour la Protection des Oiseaux, Nature et Progrès, la Fédération Wallonne de l’Agriculture, la Fédération des Jeunes Agriculteurs, Natagora, Fugea, Mouvement d’action Paysanne, l’Union des Agricultrices Wallonnes, Test Achats et Inter-Environnement Wallonie.

La citoyenne dinantaise Régine Florent a recueilli les signatures nécessaires pour en discuter avec la commission du Parlement wallon début mai. "Les responsables politiques continuent à parler de l'importance de l'expérience-pilote "prime retour" alors que nous savons pertinemment que cette expérience n'est en rien comparable au vrai système de consigne. Il aurait été bien plus simple et utile d'aller voir en Hollande ou en Allemagne comment la consigne fonctionne”, disait-elle à cette occasion.

Début mai, des agriculteurs de la Fugea ont également mené une action devant le parlement. Ils veulent la consigne sur les canettes pour protéger leurs vaches de l'ingestion de petits morceaux de canettes déchiquetées par les moissonneuses.

Huit pays européens pratiquent la consigne depuis longtemps, et 8 autres l’ont instaurée ou élargie au cours des quatre dernières années. Le démarrage au 1er juillet de la consigne sur les petites bouteilles aux Pays-Bas ravive également le débat en Belgique. Le professeur Jean-Pascal van Ypersele, climatologue reconnu mondialement, a lancé un appel aux ministres belges pour qu’ils instaurent - rapidement - la consigne.

L’Alliance pour la Consigne conclut: "Le gouvernement wallon a prévu la possibilité de la consigne dans son accord de gouvernement il y a deux ans. Nous espérons que le gouvernement wallon répondra rapidement favorablement à notre appel et lancera sans tarder le processus pour inscrire la consigne dans la législation”.

Le même appel est également adressé aux gouvernements flamand et bruxellois.

“Nos rues seront plus propres, nos campagnes seront plus propres, le bétail courra moins de risques, et nous économiserons en coûts de ramassage. La consigne sur bouteilles et canettes, Yes We Can!”, dit l’Alliance pour la Consigne.

Contact presse

Tom Zoete, porte-parole de l’Alliance pour la Consigne

tom.zoete@recyclingnetwerk.org

+32 497 04 27 96

 

Web: alliance-consigne.org

Twitter: @allez_consigne

 

La carte des communes qui ont déjà rallié l’Alliance pour la Consigne: https://www.google.com/maps/d/u/2/embed?mid=1VzTzAMXfoBYQeT-kiyEpM_LJCbp816of

 

Au total, l'Alliance pour la Consigne compte plus de 1.200 membres en Belgique et aux Pays-Bas, où elle porte le nom de Statiegeldalliantie.