Les Villes et Communes ne veulent pas d’un système de consigne dans l’espace public

Les collectivités locales ne veulent pas que le retour des emballages consignés se fasse par le biais de poubelles publiques. Selon le VVSG (Villes et Communes flamandes), ce système de consigne numérique n’a pas fait la preuve de son utilité. Les communes craignent également de devoir supporter une partie des coûts. Le VVSG en a informé la ministre flamande de l’Environnement, Zuhal Demir.

En 2015, l’Agence publique des déchets de Flandre (OVAM) a réalisé une étude approfondie sur les effets d’un système de consigne classique en Flandre, c’est-à-dire un système où la collecte passe par les supermarchés. L’itinéraire actuel, privilégié par l’industrie, ne passe pas par les magasins, mais par les espaces publics. Ce n’est pas encore suffisamment clair, le système de consigne numérique n’a pas été suffisamment testé et son impact économique, financier, social et environnemental n’a pas été suffisamment évalué.

L’objectif principal d’un système de consigne est de réduire le nombre de contenants de boissons jetés dans les poubelles. Selon le VVSG, les projets pilotes en cours sont insuffisants pour prendre une décision sur l’introduction de ce système numérique. L’une des principales préoccupations des autorités locales est la proposition de faire passer le retour des consignes par le domaine public. D’après les recherches menées par le secteur, il est inévitable que les coûts cachés finissent par retomber sur les collectivités locales, a déclaré Wim Dries, président du VVSG.

VVSG s’oppose à tout scénario dans lequel la reprise des emballages de boissons se fait par le biais de poubelles publiques ou de machines de reprise dans le domaine public et où les pouvoirs locaux devraient jouer un rôle dans la distribution du home-scanner. L’industrie devrait être entièrement responsable de l’introduction d’un système de consigne.

Dans tout système de consigne, les supermarchés devraient avoir un rôle à jouer en termes de reprise. Nous constatons que le scénario dans lequel la collecte via le sac PMC à domicile est combinée à la collecte via les supermarchés n’est pas exploré aujourd’hui », déclare Paul Macken, président d’Interafval, VVSG souligne qu’il y a encore un certain nombre de questions fondamentales dans le système de consigne numérique pour lesquelles il y a trop peu de réponses aujourd’hui. Il s’agit notamment de l’inclusion numérique, de la résistance à la fraude et de la protection de la vie privée. Ces questions doivent être résolues à court terme.

Le VVSG demande au Gouvernement flamand de respecter le calendrier qu’il s’est imposé, à savoir l’introduction d’un système de consigne en 2025. Ce système de consigne devrait avoir un impact efficace sur les déchets sauvages tout en permettant une meilleure collecte des emballages de boissons. L’industrie de l’emballage et le secteur de la distribution devraient en être pleinement responsables.  

VSSG 16-11-2023 Loes Weemaels – Chargée de projet déchets d’emballage VVSG

Retour en haut