Le gouvernement wallon veut “éradiquer les déchets sauvages” sans proposer de solution concrète

Les déchets sauvages restent un problème majeur pour la Belgique et des actions concrètes sont indispensables. Puisque le nouveau gouvernement Azur promet d’“éradiquer les déchets sauvages”, l’Alliance pour la consigne réclame donc l’introduction de la consigne, sans plus attendre. 

Carte Blanche publiée sur Trends Tendance.

Cela fait plus de 10 ans que le problème des canettes et bouteilles en plastique fait la une des journaux. Vaches mortes à la suite de l’ingestion de morceaux de canettes, rues, champs et cours d’eau pollués. Chacun à leur tour, les gouvernements promettent d’améliorer la situation sans obtenir de résultats concrets et structurels. Dans sa nouvelle Déclaration de Politique Régionale (DPR), le nouveau gouvernement Azur entend “éradiquer les déchets sauvages” et appliquer le principe du “pollueur-payeur”. 

C’est exactement ce que fait la consigne, testée et approuvée dans la plupart des pays d’Europe. Pourtant, le nouvel accord ne mentionne pas cette solution. Nous attendons du nouveau gouvernement qu’il soit vraiment radical dans son action contre les déchets sauvages et qu’il introduise ce système efficace. Le train de la consigne est déjà en route, les deux partis ne doivent pas le freiner.

Les Engagés, fans inconditionnels de la consigne

S’il y a un bien un parti qui prône la consigne, c’est celui des Engagés. Déjà en 2014, c’était Carlo Di Antonio (CdH, ancien nom des Engagés) qui voulait introduire une consigne sur les canettes. Hélas, acte manqué, puisqu'il n’y avait toujours pas de consigne à la fin de son mandat de ministre de l’environnement. 

Lors de la précédente législature, en tant que parti d’opposition, ce sont encore Les Engagés qui se sont montrés les plus enthousiastes, avec une proposition de décret en juin 2020, et même une pétition en faveur d’une consigne physique, pétition qui peut  toujours être signée jusque fin 2024. Le parti s’est offusqué plus d’une fois du manque d’avancées sur le dossier, indiquant que le gouvernement wallon “patinait” (Septembre 2022) ou faisait “du sur place” (Juillet 2023). Dans son programme pour les élections régionales, Les Engagés ont également promis d’introduire une consigne physique. 

Notre Alliance demande que Les Engagés, qui sont maintenant au gouvernement, continuent de porter les mêmes valeurs et ambitions de lutte contre les déchets sauvages qu’ils défendaient dans l’opposition. Cela devrait être d’autant plus simple que c’est un Engagé, Yves Coppieters, qui est le nouveau ministre de l’environnement et qui est donc chargé du dossier des déchets sauvages. Il doit convaincre le gouvernement d’aller de l’avant. Il est temps que leurs actes suivent leurs paroles.

Le MR aussi souhaite aller de l’avant 

Bien que plus réticent sur le sujet de la consigne, le MR est également allé de l’avant sur ce dossier au sein du précédent gouvernement. Il a pris des engagements en demandant à ce que le projet avance au niveau interrégional. D’ailleurs, ce sont pas moins de 60% des Villes et Communes du MR qui font partie de l’Alliance pour la consigne et demandent son introduction. L’Union des Villes et des Communes, sous la présidence de Maxime Daye (MR), s’est aussi positionnée en faveur de la consigne. En tant que parti qui souhaite que “L’avenir s’éclaire”, nous attendons qu’il travaille pour améliorer la propreté publique en Wallonie et continue d’avancer sur la consigne.

Assez tergiversé, l’heure de la consigne a sonné

Compte tenu de la volonté des deux partis de lutter efficacement contre les déchets sauvages, le fait que la consigne ne soit pas mentionnée dans l’accord de gouvernement est pour le moins surprenant. La consigne est l’unique solution structurelle qui a fait ses preuves pour empêcher l’apparition de canettes et bouteilles en plastique dans les déchets sauvages. La Wallonie doit continuer d’avancer sur le dossier au niveau interrégional, comme c’était prévu à la fin de la précédente législature. D’ailleurs les discussions au sein de la Commission Interrégionale de l’Emballage se poursuivent. Avec pour objectif d’avoir un plan de travail d’ici à la fin de l’année. D’ailleurs, la révision du règlement Déchets et Déchets d’emballage (PPWR) est claire, la consigne devra être introduite au plus tard en 2029 sur les canettes et bouteilles en plastique. Le gouvernement n’a donc pas le choix. Refuser d’avancer sur le sujet, ce serait volontairement décider d’arrêter un train qui est déjà en marche. Ce serait manquer à d'innombrables promesses faites d’améliorer la propreté publique. 

Les membres de notre Alliance - Villes et Communes, associations environnementales, fédérations agricoles et plus de 2/3 des citoyens belges - restent sur le qui vive. Nous en avons assez des promesses vides. Assez des effets d’annonce durant les périodes d’opposition et les campagnes électorales. On tergiverse depuis des années sans aboutir à quoi que ce soit de concret. 

Notre Alliance est et restera mobilisée, jusqu’à ce que les canettes et bouteilles soient enfin consignées !

Contact presse : Chloé Schwizgebel, Porte-parole de l'Alliance pour la Consigne,

pers@statiegeldalliantie.org 

+31 6 43288231

Régine Florent, citoyenne, florentregine@gmail.com

La Belgique optera-t-elle pour une consigne classique ou numérique sur les canettes et les bouteilles en PET ?

La Belgique souhaite introduire un système de consigne sur les bouteilles en plastique et les canettes en 2025 afin de réduire les déchets sauvages. Deux consommateurs sur trois sont favorables à un tel système, pour autant qu'il s'agisse d'une consigne classique. Selon notre enquête, la consigne numérique est peu appréciée.

D'ici 2025, notre pays souhaite introduire une consigne sur les bouteilles en plastique et les canettes. Il s'agirait de payer une petite somme en plus du prix d'une canette de boisson ou d'une bouteille en PET, somme que l'on récupère lorsque l'on rapporte l'emballage vide.

C'est une bonne idée pour lutter contre les déchets sauvages, mais il faut d'abord que les différentes régions se mettent d'accord sur le système qu'elles veulent mettre en place : une consigne classique avec des points de collecte physiques ou un système numérique avec des codes comme les codes QR sur les emballages et les poubelles. Nous préférons le système classique, et notre enquête montre également que les consommateurs soutiennent davantage le système classique tel que nous le connaissons déjà pour les bouteilles de bière en verre.

Deux Belges sur trois sont favorables à la consigne

En tant que membre de l’Alliance pour la Consigne, Testaankoop plaide depuis des années en faveur de la consigne des bouteilles et canettes en PET, et les consommateurs le demandent également. Deux consommateurs sur trois sont favorables à un tel système, selon des enquêtes antérieures et à nouveau selon notre récente enquête auprès d'environ 1 250 personnes. Un sur quatre est (plutôt) contre.

Près de neuf personnes sur dix sont disposées à conserver et à rapporter les emballages vides dans un point de collecte, bien que cette disposition diminue sensiblement en fonction de la distance. La somme de 0,10 euro semble déjà idéale pour que l'effort en vaille la peine.

Mais pas numérique

Toutefois, le soutien du public diminue considérablement si l'on opte pour un système numérique. Moins de la moitié des personnes interrogées sont prêtes à télécharger une application sur leur smartphone qui leur permettrait de gérer la consigne. Cette proportion tombe encore à un sur cinq si l'application exige la géolocalisation et les coordonnées bancaires.

Les personnes âgées sont particulièrement peu enthousiastes. Le respect de la vie privée et les compétences numériques (ou l'absence de compétence numérique) semblent être des obstacles importants. Les scanners à domicile pourraient apporter une solution à ce problème. La manière dont cela fonctionnera concrètement n'est pas encore claire.

Avantages et inconvénients de la consigne numérique

La Flandre, en particulier, semble actuellement intéressée par un système numérique dans lequel chaque bouteille et chaque canette recevrait son code unique. Celui-ci devra être scanné par le smartphone ou le scanner à domicile, ainsi que la poubelle, le sac PMC ou le distributeur automatique où vous déposez les déchets, après quoi la consigne apparaîtra automatiquement sur votre compte.

Les plus

Les moins

Testachats veut une consigne classique pour les canettes et les bouteilles en PET

Testachats estime qu'une consigne sur les canettes et les bouteilles est le meilleur moyen de réduire la quantité de déchets dans la nature. Seulement, nous avons encore beaucoup de questions sur le système numérique. Il est clair que tous les problèmes potentiels sont loin d'avoir été résolus.

Toutefois, l'objectif est de décider d'ici la fin de l'année 2023 si la Belgique optera pour le système de consigne numérique ou le système classique, afin qu'il puisse être effectivement mis en place en 2025.

Un système classique accessible à tous

Nous préférons un système classique, que tout le monde connaît déjà grâce aux bouteilles de bière, qui est accessible à tous et qui laisse le moins de place possible à la fraude et aux atteintes à la vie privée. D'autres pays européens suivent actuellement cette voie traditionnelle.

Optez pour le meilleur système de consigne au monde

Sous le slogan "La consigne, Yes We Can !", des dizaines de entreprises, municipalités et organisations plaident [aujourd'hui / jeudi] pour que les ministres belges de l'environnement, Zuhal Demir, Céline Tellier et Alain Maron, conçoivent le meilleur système de consigne au monde, pour les bouteilles en plastique et canettes. 

"Pour gagner la bataille contre les déchets sauvages, les consommateurs doivent absolument pouvoir récupérer leurs consignes dans les supermarchés et autres points de vente. Ce droit de récupérer leur consigne, lorsque les consommateurs rapportent leurs canettes et bouteilles vides en magasins, doit être inscrit dans les décrets régionaux sur la consigne", souligne l'Alliance pour la consigne. 

La consigne aux Pays-Bas et en Belgique

Depuis 2017, l’Alliance pour la Consigne demande aux gouvernements néerlandais et belge d'instaurer la consigne sur les bouteilles en plastique et les canettes. La campagne a connu son premier succès aux Pays-Bas lorsque le gouvernement a introduit la consigne sur les petites bouteilles en plastique en juillet 2021. Les canettes néerlandaises seront également consignées dès avril 2023. Parallèlement, le nombre de partenaires de l'Alliance pour la Consigne a grandi de façon spectaculaire pour atteindre 1.300 municipalités, entreprises et organisations aux Pays-Bas et en Belgique.

En Belgique, la ministre wallonne de l'environnement, Céline Tellier (Ecolo), étudie depuis le début de l'année les éléments nécessaires pour mettre en place un système de consigne. En Flandre, le monitoring effectué par l’OVAM (l’Agence flamande des déchets) a montré que la lutte contre les canettes et les bouteilles parmi les déchets sauvages a échoué ces dernières années. En effet, seulement la moitié de l'objectif fixé par le gouvernement flamand a été atteint. La ministre flamande de l'environnement Zuhal Demir (N-VA) a donc déclaré que la consigne est "inévitable" et "inéluctable". Elle a également annoncé qu'elle allait soumettre une proposition au gouvernement d’ici la fin de l'année. 

La consigne, yes we can!

Avec la campagne La consigne, Yes We Can !, les partenaires de l’Alliance pour la Consigne encouragent les ministres à mettre en place le meilleur système de consigne au monde. Cela est possible grâce aux nombreux exemples de pays voisins qui ont mis en place un tel système. Les systèmes de consigne les plus performants présentent 5 caractéristiques essentielles :  

L’Alliance pour la Consigne conclut: "Nous demandons aux ministres de l'environnement d'inclure ces 5 facteurs à succès dans la conception du système de consigne belge. Pour que notre consigne belge soit, dès son lancement, le meilleur système de consigne au monde".

La consigne sur les canettes incontournable désormais

L’Alliance pour la Consigne se réjouit que la ministre flamande de l'environnement, Zuhal Demir (N-VA) confirme, suite à la publication des nouveaux chiffres des déchets sauvages par l’Ovam, que la consigne sur les canettes et les bouteilles en PET est "incontournable".

En 2021, plus de 18 millions de kilos de déchets sauvages ont encore dû être nettoyés en Flandre, selon les chiffres de l’Ovam. Le secteur n'a donc pas réussi à atteindre la réduction de 20% prévue dans le Plan d’exécution des déchets ménagers et commerciaux assimilés 2016-2022, l'Accord sur les emballages de 2018 et l'Accord de coalition 2019-2024 du gouvernement flamand.

“Dès le début de son mandat, la ministre Demir a mis en garde l'industrie. Aujourd'hui, elle tire la seule conclusion logique des mauvais résultats des déchets sauvages et passe à l'action. Après avoir donné aux entreprises des années pour réduire les déchets sauvages par d'autres moyens, il est temps de mettre en place la consigne, un système populaire qui a fait ses preuves depuis des années en Allemagne, aux Pays-Bas et dans des dizaines d'autres pays", répond l'Alliance pour la Consigne.

Plus d'un tiers du volume des déchets sauvages est constitué de bouteilles et de canettes en plastique. La consigne a le potentiel de réduire de 70 à 90% le nombre de bouteilles et de canettes dans les déchets sauvages. Un an après l'introduction de la consigne sur les bouteilles aux Pays-Bas, il y a déjà 76% de petites bouteilles en plastique en moins dans la nature. La consigne donne donc des résultats positifs de manière rapide. C'est exactement la raison pour laquelle de plus en plus de pays européens introduisent la consigne. Pour que la consigne soit un succès, elle doit être simple pour les clients, avec un retour des emballages possible dans les supermarchés et les points de vente, comme c'est déjà le cas pour les bouteilles en verre.

La ministre Demir met maintenant l'introduction de la consigne sur la table du gouvernement flamand. Le partenaire de la coalition, le CD&V, ainsi que les partis d'opposition Vooruit et Groen sont depuis longtemps des défenseurs de la consigne. Demir a également contacté ses collègues wallons et bruxellois, Céline Tellier et Alain Maron (tous deux d'Ecolo) pour introduire la consigne dans toute la Belgique. Les accords de coalition de la Wallonie et de Bruxelles prévoient d’ailleurs tous deux l'introduction de la consigne cette législature. La commission de l'environnement du Parlement wallon a tenu des auditions pendant des mois et a effectué une visite aux Pays-Bas pour observer le système de consigne néerlandais. Un consensus autour de la consigne se forme au Parlement wallon au-delà des frontières de la  majorité et de l'opposition.

L’Alliance pour la Consigne conclut : "Nous encourageons les gouvernements régionaux à décider de l'introduction de la consigne cette année, comme le propose la ministre Demir. Il est maintenant important de mettre en place un système de consigne accessible, qui permette aux consommateurs de rapporter facilement leurs bouteilles et canettes dans les supermarchés. Avec des décrets solides sur la consigne et un accord de coopération, nous pourrons diminuer de manière drastique les déchets sauvages et notre pays deviendra plus propre".

214 communes flamandes et 129 communes wallonnes sont partenaires de l'Alliance pour la Consigne. Avec des organisations d'agriculteurs et de consommateurs, d'entreprises et même de banques, l'Alliance demande depuis 2017 aux gouvernements régionaux d'introduire rapidement la consigne sur les emballages de boissons. Plus récemment, les municipalités de Zaventem et de Lier sont devenues partenaires de l'Alliance. Huit Flamands sur dix sont favorables à la consigne, selon les sondages d'opinion.

La ministre Demir décide de s'attaquer aux déchets sauvages avec la consigne

L’Alliance pour la Consigne soutient la décision de la ministre flamande de l'environnement Zuhal Demir (N-VA) de s'attaquer au problème des déchets sauvages avec la consigne sur les canettes et bouteilles en plastique, annoncée mardi soir dans l'émission De tafel van vier.

L’Alliance pour la Consigne réagit: "La ministre dit à juste titre que la consigne est inévitable. Des décennies de sensibilisation, de sanctions et de projets de récompense comme Le Click n'ont pas donné le résultat escompté, à savoir un pays propre. Il est nécessaire de passer à l’action maintenant. Grâce à la consigne, les gouvernements régionaux peuvent réduire considérablement le nombre de canettes et de bouteilles dans la nature, à l’exemple des pays d'Europe du Nord".

"C'est de toute façon une bonne nouvelle. La consigne est un système solide qui a été testé dans la pratique pendant des décennies. L'Allemagne l'a depuis deux décennies. Les Pays-Bas l’ont introduite sur les petites bouteilles en juillet 2021 et les résultats sont déjà très positifs", souligne l’Alliance pour la Consigne.

Hausse des déchets sauvages

En effet, la lutte contre les déchets sauvages est la principale raison pour l'introduction de la consigne. Le gouvernement flamand a décidé en 2016 que les déchets sauvages devaient être réduits de 20 % d'ici 2022, par rapport à l'année de référence 2013. Par la suite, le gouvernement flamand a changé l'année de référence de 2013 à 2015. De l’argent a été dépensé pour sensibiliser le public, sanctionner avec des amendes et lancer le projet récompense "Le Click" de Fost Plus.

Cependant, les résultats ne se sont pas concrétisés. Les déchets sauvages n’ont pas diminué, mais augmenté de 14 %, pour atteindre 22 641 tonnes de déchets sauvages ! (rapport de l'agence flamande pour la gestion des déchets OVAM, mesure effectuée en 2019 et rapport publié en 2020. L'OVAM publiera prochainement les chiffres des déchets sauvages pour 2021).

Exemples allemands et norvégiens

"Nous encourageons les gouvernements régionaux à adopter les meilleures pratiques des systèmes de consigne norvégien et allemand. Ces pays atteignent des taux de retour très élevés pour des coûts de système faibles", indique l'Alliance pour la Consigne.

En Allemagne, grâce à la consigne, la présence de canettes a chuté à seulement 0,03 % des déchets sauvages. La facilité d'utilisation en Norvège et en Allemagne est le facteur de réussite le plus important pour le système de consigne. Ce système de consigne, qui existe déjà en Belgique pour certaines bouteilles en verre réutilisables comme la bière, fonctionne très bien et peut constituer une base solide pour une extension aux canettes et aux bouteilles en plastique.

Un système de consigne belge

"Le temps des projets pilotes est terminé", déclare l'Alliance pour la Consigne : "Il est maintenant important que les gouvernements régionaux déterminent dans les prochaines semaines, et en collaboration avec les associations de consommateurs, les organisations environnementales, les villes et communes et le monde des affaires, comment ils vont mettre en place le système et cela le plus rapidement possible."

L'Alliance pour la Consigne appelle également la ministre wallonne de l'environnement Céline Tellier (Ecolo) et le ministre bruxellois de l'environnement Alain Maron (Ecolo) à mettre en œuvre les engagements pris sur la consigne dans les accords de coalition wallon et bruxellois. Cela afin que, d'ici 2025, un système de consigne efficace soit introduit dans toute la Belgique et garantisse un environnement plus propre.

L'Alliance pour la Consigne

L’Alliance pour la Consigne représente 1250 partenaires belges et néerlandais, dont 212 villes et municipalités flamandes, 127 villes et communes wallonnes et des centaines d'associations et d'entreprises. Depuis 2017, elle demande aux gouvernements néerlandais et belge d'introduire rapidement la consigne afin de réduire drastiquement et rapidement le nombre de bouteilles en plastique et de canettes dans la nature. Le gouvernement néerlandais a répondu à cette demande en instaurant la consigne sur les petites bouteilles en plastique à partir de juillet 2021 et sur les canettes à partir du 1er janvier 2023.

Une grande majorité des citoyens est favorable à l'introduction de la consigne: 74 % dans le sondage de Test-Achats et 9 Limbourgeois sur 10 dans le sondage du quotidien de la province du Limbourg. Le sondage GfK a montré un soutien de 82% des Belges et qu'une majorité d'électeurs de chaque parti politique y est favorable.

Le gouvernement flamand prendra bientôt une décision sur la consigne

L’Alliance pour la Consigne accueille positivement et avec prudence l'annonce selon laquelle le gouvernement flamand décidera cette année de l'introduction d’une consigne sur les canettes et les bouteilles en plastique.

"Nous prendrons la décision cette année de savoir si une forme de consigne sera introduite", déclare Andy Pieters, chef de cabinet du ministre flamand de l'environnement Zuhal Demir (N-VA), dans la Gazet van Antwerpent aujourd’hui. "Nous prendrons cette décision sur la base de différents chiffres sur les déchets sauvages qui nous seront transmis dans les semaines à venir."

La lutte contre les déchets sauvages est en effet la principale raison de l'introduction d’une consigne. En 2016, le gouvernement flamand a annoncé que les déchets sauvages en poids devaient être réduits de 20 % d'ici à 2022, par rapport à l'année de référence 2013. Par la suite, le gouvernement flamand a ajusté l'année de référence de 2013 à 2015. Des efforts ont été mis en œuvre pour sensibiliser le public, renforcer les sanctions et mettre en place des projets de récompense tels que Le Click. Le rapport de l'OVAM, publié en 2020 et qui présente les résultats des mesures pour l’année 2019, a montré une augmentation de 14 % des déchets sauvages, atteignant pas moins de 22 641 tonnes de déchets sauvages.

Nous encourageons donc le gouvernement flamand à s’inspirer des meilleures pratiques des systèmes de consigne allemand et néerlandais pour introduire la consigne. En Allemagne, la consigne est en place depuis vingt ans. Les Pays-Bas ont introduit la consigne sur les petites bouteilles en plastique en juillet 2021. Les premiers résultats sont très positifs. Le Rijkswaterstaat, organisme de mise en œuvre du ministère des infrastructures, présentera bientôt l'effet de la consigne sur les déchets sauvages après un an de mise en place.

La facilité d'utilisation est le principal facteur de réussite de la consigne. Le système de consigne - qui existe déjà en Belgique pour certaines bouteilles en verre réutilisables comme la bière - fonctionne bien et peut constituer une base solide pour une extension du système aux canettes et aux bouteilles en plastique.

 

L'Alliance pour la Consigne représente 1250 partenaires belges et néerlandais, dont 212 villes et municipalités flamandes, 127 villes et communes wallonnes et des centaines d'associations et d'entreprises. Depuis 2017, elle demande aux gouvernements néerlandais et belge d'introduire rapidement la consigne pour mettre fin à la présence de bouteilles et canettes dans les déchets sauvages. Le gouvernement néerlandais a réagi en instaurant la consigne sur les bouteilles en plastique en juillet 2021 et sur les canettes le 1er janvier 2023.

Ces dernières semaines, le projet pilote du maire de Bredene, Steve Vandenberghe (Vooruit), a démontré que la consigne garantit des plages exemptes de canettes et de bouteilles en plastique. Le bourgmestre d'Ostende Bart Tommelein (Open VLD), le bourgmestre de Schelle Rob Mennes (CD&V) et l'échevine d'Anvers Els van Doesburg (N-VA) ont également demandé récemment au gouvernement flamand d'examiner sérieusement l'introduction de la consigne.

La grande majorité des Flamands est favorable à l'introduction de la consigne. 74 % dans le sondage de Test-Achats et 9 Limbourgeois sur 10 dans le sondage du Belang van Limburg. Le sondage GfK a montré que chaque parti politique dispose d'une majorité d'électeurs favorables.

Après tout, il est important que tous les acteurs de la société soient entendus dans l'élaboration des politiques publiques. La consigne est une question importante pour les organisations environnementales, les villes et les municipalités, les associations de consommateurs et d'agriculteurs.

Plus de la moitié des communes belges, dont 101 wallonnes, réclament la consigne sur les canettes 

101 villes et communes wallonnes, ainsi que 203 communes flamandes et 3 communes bruxelloises demandent au gouvernements régionaux de décider rapidement de l’instauration de la consigne sur les bouteilles en plastique et les canettes en Belgique.

Pour faire entendre leurs voix, ces communes ont rallié l’Alliance pour la Consigne. Les motions dans les conseils communaux étaient souvent adoptées à l’unanimité. Le mouvement s’amplifie rapidement: Il y avait 6 communes wallonnes au début de cette année, maintenant il y en a déjà 101 (voir la carte ici ou en bas) et cela continue. Avec les 203 communes flamandes et les 3 communes bruxelloises, le total de 307 communes représente 53% des 581 communes belges.

“L’appel au gouvernements régionaux d’avancer rapidement sur la question de la consigne émane de tous les niveaux de la société belge. Au-delà des 101 villes et communes wallonnes, nous sommes rejoints par de nombreuses organisations telles que Test-Achats, Inter-Environnement Wallonie et l’association agricole Fugea. En Flandre, 203 villes et communes plaident déjà pour la consigne. Chaque semaine, de nouvelles communes adhèrent à notre mouvement”, signale l’Alliance pour la Consigne à l'occasion du franchissement de ces barres symboliques.

A ce stade, les plus grandes entités wallonnes dans l’alliance sont Mons, Colfontaine, Boussu, Comines-Warneton, Soumagne, Dour et Ciney. Des communes avec des coalitions de toutes les couleurs politiques adhèrent au projet, quels que soient les bourgmestres, PS, MR, Ecolo, CDH ou listes mixtes.

L’Union des Villes appelle la Ministre de l’Environnement à envisager une consigne sur les canettes dans son avis circonstancié du 25 juin 2021.

Des appels à tous les niveaux

L’intérêt pour la consigne en Belgique grandit fortement. Une Carte Blanche publiée dans Le Soir plaidant pour l’instauration de la consigne a été signée par de nombreuses organisations environnementalistes et agricoles: WWF-Belgique, la Ligue Royale Belge pour la Protection des Oiseaux, Nature et Progrès, la Fédération Wallonne de l’Agriculture, la Fédération des Jeunes Agriculteurs, Natagora, Fugea, Mouvement d’action Paysanne, l’Union des Agricultrices Wallonnes, Test Achats et Inter-Environnement Wallonie.

La citoyenne dinantaise Régine Florent a recueilli les signatures nécessaires pour en discuter avec la commission du Parlement wallon début mai. "Les responsables politiques continuent à parler de l'importance de l'expérience-pilote "prime retour" alors que nous savons pertinemment que cette expérience n'est en rien comparable au vrai système de consigne. Il aurait été bien plus simple et utile d'aller voir en Hollande ou en Allemagne comment la consigne fonctionne”, disait-elle à cette occasion.

Début mai, des agriculteurs de la Fugea ont également mené une action devant le parlement. Ils veulent la consigne sur les canettes pour protéger leurs vaches de l'ingestion de petits morceaux de canettes déchiquetées par les moissonneuses.

Huit pays européens pratiquent la consigne depuis longtemps, et 8 autres l’ont instaurée ou élargie au cours des quatre dernières années. Le démarrage au 1er juillet de la consigne sur les petites bouteilles aux Pays-Bas ravive également le débat en Belgique. Le professeur Jean-Pascal van Ypersele, climatologue reconnu mondialement, a lancé un appel aux ministres belges pour qu’ils instaurent - rapidement - la consigne.

L’Alliance pour la Consigne conclut: "Le gouvernement wallon a prévu la possibilité de la consigne dans son accord de gouvernement il y a deux ans. Nous espérons que le gouvernement wallon répondra rapidement favorablement à notre appel et lancera sans tarder le processus pour inscrire la consigne dans la législation”.

Le même appel est également adressé aux gouvernements flamand et bruxellois.

“Nos rues seront plus propres, nos campagnes seront plus propres, le bétail courra moins de risques, et nous économiserons en coûts de ramassage. La consigne sur bouteilles et canettes, Yes We Can!”, dit l’Alliance pour la Consigne.

Contact presse

Tom Zoete, porte-parole de l’Alliance pour la Consigne

tom.zoete@recyclingnetwerk.org

+32 497 04 27 96

 

Web: alliance-consigne.org

Twitter: @allez_consigne

 

La carte des communes qui ont déjà rallié l’Alliance pour la Consigne: https://www.google.com/maps/d/u/2/embed?mid=1VzTzAMXfoBYQeT-kiyEpM_LJCbp816of

 

Au total, l'Alliance pour la Consigne compte plus de 1.200 membres en Belgique et aux Pays-Bas, où elle porte le nom de Statiegeldalliantie.

 

La consigne aux Pays-Bas, yes we did it ! La consigne en Belgique, yes we can !

La consigne sur les petites bouteilles en plastique débute aujourd'hui aux Pays-Bas. "Hier, c'est une secrétaire d'État néerlandaise joyeuse, Stientje van Veldhoven (D66), qui a donné le top départ avec nous sur la plage de Scheveningen. Aujourd'hui, de nombreuses organisations belges demandent ici que les gouvernements flamand, bruxellois et wallon suivent l'exemple néerlandais". C'est ce que l'Alliance pour la consigne a déclaré jeudi matin à Anvers.

Les partisans de la consigne qui se sont exprimés lors de l'événement venaient de tous les horizons de la société. Le président du CD&V Joachim Coens, Eric Claeys du Syndicat général des agriculteurs ABS, la présidente Green Meyrem Almaci, le directeur de Global innovation de la société Ecover Tom Domen, le kayakiste bruxellois Pieter Elsen de Canal it Up, Monique De Dobbeleer de l'organisation féminine Ferm, Tycho van Hauwaert de Bond Beter Leefmilieu, Marloes Heebing des Ramasseurs de déchets néerlandais de GoClean de Liemers et Régine Florent, qui plus tôt avec les agriculteurs wallons de Fugea a demandé au Parlement wallon d'introduire une consigne.

L’Alliance pour la consigne : "Les Néerlandais bénéficient désormais d'un environnement plus agréable et plus propre, grâce à la consigne qui commence aujourd'hui sur les bouteilles en plastique et l'année prochaine sur les canettes. La pollution et les coûts des communes diminueront fortement. Les risques pour les animaux seront réduits. C'est donc une grande victoire pour tous ceux qui se sont battus pour cela." L'Alliance pour la consigne et ses plus de 1100 partenaires font campagne pour la consigne en Belgique et aux Pays-Bas depuis 2017, sous la bannière "La consigne, Yes We Can".

Le secrétaire d'État aux infrastructures et à la gestion de l'eau, Stientje van Veldhoven, a décidé de mettre en place des consignes sur les bouteilles en avril 2020 et sur les canettes en février 2021. La consigne sur les canettes prendra effet le 31 décembre 2022.

"L'impact positif sur l'environnement néerlandais sera historique. Actuellement, environ 200 millions de bouteilles et de canettes finissent dans l'environnement chaque année. Ainsi, chaque jour, ce sont 4 camions poubelles remplis de bouteilles et 5 camions poubelles remplis de canettes qui sont jetés dans la nature. Une consigne réduit de 70 à 90 % le nombre de bouteilles et de canettes dans l'environnement. Lorsque la deuxième phase commencera également avec les canettes, les vaches néerlandaises courront également moins de risques d'être blessées par des morceaux de canette", souligne l'alliance. Aujourd'hui, en Allemagne, les canettes ne représentent plus de 0,03 % des déchets sauvages. Le gouvernement allemand a décidé le 20 janvier d'étendre le système de consigne allemand aux emballages de jus de fruits, de vin et de produits laitiers.

" L'Alliance pour la consigne est une coopération unique de plus de 1100 municipalités, associations et entreprises néerlandaises et belges. Maintenant que la consigne sur les bouteilles en plastique a commencé aux Pays-Bas, le contraste avec la Belgique, où les déchets sauvages sont en augmentation, est de plus en plus grand. Nous demandons donc instamment aux gouvernements régionaux belges de suivre rapidement l'exemple néerlandais. La consigne, aux Pays-Bas on l’a fait. Et pour la Belgique : la consigne, Yes We Can !", conclut l'Alliance belgo-néerlandaise pour la consigne.

Articles connexes

Het Laatste Nieuws, L'alliance pour la consigne veut que la Belgique suive l'exemple néerlandais, 1 juillet 2021

MSN, L’alliance pour la consigne en fête aujourd'hui, le 1er juillet 2021

AD, La consigne sur les petites bouteilles en plastique également à partir du 1er juillet, 30 juin 2021

Test Aankoop, Test Aankoop plaide pour une consigne sur les canettes et les bouteilles PET

Distrifood, Innocent veut une consigne sur ses propres bouteilles de smoothie, 1 juillet 2021

Telegraaf, Colis plus chers, plastiques jetables interdits et fumoirs fermés : voici les changements à partir du 1er juillet, 1er juillet 2021

RTV Drenthe, Position : C’est bien qu'il y ait une consigne sur les petites bouteilles

Hart van Nederland, Les petites bouteilles peuvent également être rapportées à partir d'aujourd'hui, mais lesquelles exactement et où ?

NOS, Augmentation du salaire minimum, gel des loyers, consigne sur les bouteilles : ce qui va changer au 1er juillet, 27 juin 2021

EenVandaag, La consigne sur les petites bouteilles en plastique aussi à partir d'aujourd'hui, 1er juillet 2021

BN De Stem, Les clubs sportifs profitent de la consigne sur les bouteilles en plastique, une nouvelle façon de faire des dons